Ladakh en solo – 2016

 

...Ladakh Trip…

Me voilà repartie à l’aventure, cette fois pour le Ladakh ! 🙂

Après avoir pensé à ce voyage toute l’année… j’y suis enfin !!!

Je voulais vraiment découvrir cette région et cette route mythique ; une des plus populaires mais surtout des plus difficiles de l’Inde : Manalie-Leh, avec ses 4 grands cols de montagne à passer, et pour but : la route carrossable la plus haute du monde qui se situent à 5600m d’altitude dans la chaîne de l’Himalaya.

Tout est prêt, passeport, visa, permis international, bagages, et mon impatience…il est temps de partir !

Direction l’aéroport Charles De Gaulle. J’embarque et attends le décollage… let’s go !

J’arrive à New Delhi à 9 heure du matin, heure locale ; là où je vais rester une nuit.

Après mettre installée à ma chambre je prends un rickshaw qui me conduit à quelques kilomètres d’ici.

Je vais voir où en sont les préparatifs de la moto, (révision complète, installation du support pour les caisses de rangement, jerrycans pour l’essence, bâche pour la pluie…)  elle est presque prête encore quelques heures à patienter.

Pendant ce temps je commence à regarder un peu mon itinéraire pour le lendemain puis je sors pour aller achèter les deux ou trois choses qu’il me manque pour la route.

Il se mets à pleuvoir à grosses gouttes… et oui c’est la mousson ! L’instant de traverser une route et je suis déjà trempée.

Je retourne chercher la moto qui est prête, la pluie s’est arrêtée temps mieux…

Je recupère enfin la moto. Drôle d’effet de conduire avec tout se chargement il va falloir que je m’y habitue et surtout que je prenne en compte la largeure de la moto lorsque je vais vouloir me faufiller dans cette circulation !

Je retourne près de ma Guest house qui est à 15 minutes d’ici, je gare la moto en bas et sors dans un petit café tenu par des amis. Quand la nuit tombe je rentre et prépare mes affaires pour le lendemain… pour le premier jour de route du voyage…

››› New Delhi to Chandigarh

Jour 2 – 250km

New Delhi to Chandigarh

Je me lève à 8h, sors de ma chambre pour aller prendre un bon petit déjeuner avant de partir. Il pleut encore ce matin… ça passera sûrement le temps que je mange…

Lorsque la pluie cesse, je prends la moto pour aller faire le plein d’essence. Un homme vient me demander si je peux le dépanner en lui prêtant un de mes jerrycans car une de ses amies est en panne d’essence plus loin.

Evidement je lui rends ce service, il fait le plein du bidon et je le suis jusqu’à la voiture de son amie. Il me remercie et me demande où je vais avec la moto. Il est agréablement surpris quand je lui dis que je vais faire un road trip au Ladakh en solo. 🙂

Ce petit détour fait, je cherche la route pour rentrer à ma guest house, je charge la moto de toutes mes affaires et me voila fin prête pour prendre la route.

Un petit signe de la main à la guest house pour leur dire au revoir et c’est parti !

Je cherche la première direction à suivre… > Sonipat. Mais sortir de Delhi, c’est quelque chose !

Je suis arrêtée à un feu rouge, j’en profite pour demander ma direction. Un monsieur me propose gentiment de le suivre. Super ! Je vois enfin la direction de Sonipat, je rentre sur la NH1 (National Highway).

Quelques kilomètres plus loin je m’arrête faire le contrôle de pollution à une station essence ( j’aurais besoin de ce document pour Leh ) je donne les papiers de la moto à l’homme qui s’en occupe. Il la démarre pour voir le niveau de pollution… je le paie et continue ma route jusqu’à un petit village pour boire un Chai, ( thé traditionnel Indien : thé noir aux épices, servi avec du lait ).

C’est une petite épicerie tenue par une famille qui me prépare le Chai, ils sont curieux, rigolos, ils m’offrent le deuxième thé et plusieurs personnes du village commencent à se rassembler autour de la moto et moi en demandant à la famille ce que je faisais là. Nous prenons quelques photos avant que je reparte et je les remercie de leur gentillesse et de leur générosité.

Je continue ma route… Kurukshetra, Ambala et Chandigarh… 6heures de routes quasiment que de la route droite, cela à été plutôt vite. J’arrive dans cette grande ville qui fonctionne par « secteur ». Je ne sais pas du tout où aller, je cherche des guest house, en vain je suis sûrement dans le mauvais quartier…

Après un bon moment…, je trouve enfin un hôtel. Je décharge toutes mes affaires, les monte, paie un acompte pour la nuit, m’installe tranquillement et prends une bonne douche et enfin j’appelle la réception pour me commander à manger.

Quelques instants plus tard on toque à ma porte, mon plat arrive !

Heuuu… non ce n’est pas mon plat… mais deux policiers avec le propriétaire… Bizarre, je demande ce qu’il ce passe puisqu’en plusieurs voyages en Inde ceci ne m’étais jamais arrivée.

L’un des policiers me réponds : « ne vous inquiétez pas, simple contrôle de routine. »

Ok pourquoi pas…

Je range un peu mes affaires et tris mes clés de cadenas car avec tous les doubles je ne prends jamais la bonne clé du premier coup et je ne m’y retrouve pas… On viens finalement m’amener mon plat.

Délicieux !

Je finis par m’endormir bercée par la télé Indienne.

Jour 3 – 310km

Chandigarh to Manali

J’ai passé une très bonne nuit ! Je me réveille vers 9 h… un peu tard mais tant pis. Je me prépare et descends charger mes affaires sur la moto. Les gens de la guest house m’observent depuis la fenêtre de la réception ; -entrain d’installer et fixer « au mieux » tout mon barda- , se demandant certainement pourquoi une fille seule entreprends ce genre de voyage à moto. 🙂

J’ai avec moi les noms des villes et villages à suivre, il ne me reste plus qu’à trouver la bonne route.

Je demande aux deux messieurs, chauffeurs de taxi, assis sous un arbre, buvant tranquillement leur Chai ; si je suis bien dans la bonne direction. J’en profite pour boire un thé aussi, car je n’ai pas déjeuné ce matin ; histoire de me donner un peu de force pour les 10 heures de route qui vont suivre !

Je continue jusqu’à Nalagarh, il est 11 h je commence vraiment à rouler. Je découvre une petite route comme j’aime, dans les villages.

Ensuite, Bilaspur, Sundernagarh, Mandi, Kullu, le tunnel de presque 3km où l’on ne voit vraiment rien, même avec ses feux car il n’est pas éclairé du tout et enfin Manali !

Il se met à pleuvoir depuis Bilaspur, la route est cabossée et c’est de la boue quasiment tout le temps et ça glisse beaucoup… !

Je change mes chaussures pour mes bottes moto, mais mes pieds sont déjà bien trempés, j’ai eu la très bonne idée de garder mes chaussettes « mouillées », résultat… intérieur des bottes… « mouillées » !!! ça ne va jamais sécher… c’est la mousson!

Je reprends la route quelques heures et fais une pause, il est 16h, j’ai fais le plus gros. Je n’en peux plus je suis rincée !!!

Mon imperméable ne me protège plus de la pluie… mon cuir jusqu’à mon tee-shirt sont trempés, mon écharpe je peux l’essorer… !!!

8 heures de pluie sur 10 heures de route, ça commence à faire beaucoup !

Un bon thé bien chaud car je suis frigorifiée et quelques gâteaux sucrés étaient nécessaire et me font le plus grand bien !

30 minutes de pause, je continue il me reste 80 kms, la route est belle et en meilleur état. Il y a quand même quelques bouchons, mais les paysages sont superbes !

Je comptes les derniers kilomètres, 50…20… 10…, ce sont eux les plus longs… mais je veux arriver ce soir à Manali.

Il pleut toujours, je roule de nuit, et je me sens crispée à cause du froid, les douleurs commencent à se faire ressentir.

4 kms, je suis arrêtée à une barrière, je dois payer 100roupis pour le passage de la moto, je suis presque arrivée !!! 🙂

Je trouve rapidement une chambre et heureusement car je n’avais pas envie de tourner encore sous la pluie je ne sais combien de temps. J’ai vraiment besoin de prendre une douche et de mettre des vêtements secs, de manger et de me reposer !

Je suis enfin dans le lit de cette belle et grande chambre qui ressemble à un chalet de montagne. Bien emmitouflée dans mes 2 couvertures… je n’arrive toujours pas à me réchauffer.

 

Jour 4

Manali

Je me réveille vers 8h, j’ai vraiment bien dormi. Toutes mes affaires que j’ai étendu hier n’ont toujours pas séché! Je m’en doutais un peu…

Je monte à Old Manali ( il y a le vieux Manali et le nouveau ) ; prendre un bon petit déj. Il y a plein de café sympa pour ça. Je rencontre quelques touristes, nous parlons de choses et d’autres puis je vais au cyber café pour donner un peu de nouvelles. Je regarde mes photos et commence à transférer mes dossiers pour les avoir en double, et là…, coupure de courant.

J’en profite pour parler avec le propriétaire du cyber, il me demande où je vais avec la moto, je lui réponds que je vais à Leh.

– « As-tu le permis ?  » me demande t-il.

– Oui bien-sûr j’ai le permis international.

– Il me répond : « non pas celui-ci, mais celui pour aller à Leh »

Et bien non je ne l’ai pas… je ne savais pas qu’il fallait un permis pour Leh.               ( C’est en quelque sorte un laisser-passer pour les véhicules. )

Je lui demande où je peux me le procurer. Il m’explique que je dois aller à New Manali à la SDM Office, mais qu’à cette heure là c’est certainement fermé.

Le courant est revenu, je reprends la manip et là ; plus aucune photos sur ma carte! NON… !!! Tous les fichiers ont disparu, carte inutilisable !

.New Manali.

.Old Manali.

Je me dépêche de redescendre à New Manali voir si l’office est ouvert. Mais j’arrive trop tard, c’est fermé… J’espére que ce sera ouvert demain car nous serons dimanche ! Je réussis à trouver quelqu’un qui me renseigne sur les documents à fournir et sur les horaires d’ouverture. L’office ouvre bien demain à 10h, je suis rassurée. J’en profite pour faire les photocopies de tous les documents de la moto et de mon permis, se seras prêt pour demain.

Après ce petit coup de panique, je rentre à ma chambre pour ranger mes affaires, manger et fini par m’endormir.

Jour 5 – 137km

Manali to Jispa

Le réveil sonne à 8h je me prépare et vérifie une dernière fois que mes documents soient complets. Je veux être à 9h à l’office, une heure avant l’ouverture, et j’ai bien fait d’y aller en avance car il y a une foule pas possible !

Tout le monde attend impatiemment que la petite fenêtre ouvre, (oui les documents se font par la fenêtre du bureau.)

Je suis la seule fille là-bas à demander mon permis ; au milieu d’une 30aine d’hommes, me regardant curieusement, et étonnés de voir une femme ici. Je leur explique que comme eux, je suis là pour demander le permis et emprunter la route de Manali-leh à moto.

Dans cette foule je rencontre Bryan un Argentin, avec qui nous parlons tous ensemble au sujet de cette fameuse route. Nous voyons un homme qui à une carte, nous en profitons pour lui en demander une copie car nous n’en avions pas une aussi bien détaillée. Le bureau ouvre en retard, nous trouvons le temps long alors que nous attendons tous le précieux papier….

La fenêtre ouvre enfin !!! Tout le monde pousse vers celle-ci, les bras en l’air, tendant chacun ses documents. Je suis compressée dans cette foule de gens !!! Il faut pousser et se faire une place, c’est incroyable je ne m’attendais pas à ça ! C’est la ruée vers l’or… !

Dés que quelqu’un a son permis les gens poussent à nouveau pour avoir le peu de place qui vient de se libérer…

Nous sommes tous pressés de prendre la route !

Bryan arrive près de la fenêtre, il m’interpelle et me demande de lui tendre mes documents, il réussit à les donner à la femme qui s’en occupe et en 5 minutes c’est fait nous avons nos permis !

Merci Bryan !!!

Je le laisse et vais à la moto pour la charger et c’est parti pour trois jours de route !!!

Je m’en vais pour le Rothang La, le premier col de montagne à passer : 3800m d’altitude.

Je roule jusqu’au check point, il faut montrer tous les papiers de la moto pour pouvoir passer.  Il y a une file d’attente pour les hommes et une pour les femmes. Bien évidement les femmes sont moins nombreuses que les hommes ; je passe donc très vite. Il y a quelques curieux qui viennent me voir dont un groupe de filles qui veulent prendre une photo avec moi et la moto. J’autorise seulement le groupe de filles à prendre une photo avec moi sinon on va y passer la journée… 🙂

Je passe le check point.

Let’s go…!


Ça bouchonne ! La route est trop étroite pour passer à deux véhicules en même temps, il faut attendre son tour.

.Arrivée au Rothang La.

Premier col de montagne passé !

Quelques gouttes de pluie mais pas grand chose, je roule jusqu’à Tandi, dernière station essence avant 300 kms. Il faut donc faire le plein de la moto et des jerrycans.

Je continue jusqu’à Keylong. Joli petit village plein de verdure, où sont cultivés toutes sortes de légumes. Puis j’arrive à Jispa, là où je vais passer la nuit en tente dans un des campement, où je croise à nouveau Bryan. Nous nous retrouvons dans la tente principale autour d’un bon repas (je n’avais pas mangé de la journée…) à discuter de nos impressions de ce premier jour de route.

.Première nuit sur la route.

Je vais dans la tente et m’installe sous deux grosses couettes il fait très froid. Je mets le réveil à 6h30 car demain il ne faudra pas partir trop tard, avec la fonte de la neige, la route peut être impraticable par endroit…

Jour 6

Jispa to Pang

Je me réveille à 5h20 avec le joli son des Monos de la Royal Enfield. Des gens commencent déjà à quitter le campement. Il fait encore nuit, je me lève quand même et commande un chai pendant que je prépare mes affaires.

Je dis au revoir à Bryan, on se reverra certainement sur la route. Je démarre au kick et du premier coup ! Le carbu est beaucoup plus facile que l’injection !

6h, je pars en direction du deuxième col de montagne :  Baralacha La à 4850mètres.

Complément seule sur la route, je prends le temps de m’arrêter et d’apprécier ce moment, de regarder la beauté de la nature, l’immensité de ces paysages où l’on se sent minuscule.

Ce sentiment de liberté sur cette route, mais aussi de réaliser que je suis là à faire quelque chose que j’aime et qui me tient à coeur.

Je continue sur plusieurs kilomètres. Je vois l’armée qui me fait signe de m’arrêter. Encore un check point… !!! ?

Non, ils ne vérifient pas mes papiers mais m’invite à fêter le jour de l’Indépendance de l’Inde avec eux et d’autres motards, d’autres voyageurs.

Ils nous offrent le thé et du Halwa ( gâteau semoule sucré à la cardamome et raisin sec). Je repars et cette fois un vrai check point, je montre mes papiers puis reviens quelques mètres sur mes pas car la route est bloquée ; certainement impraticable.

C’est parti pour du Off road. Une longue file d’attente ce présente devant moi sur ce chemin très pentu, des cailloux, des pierres, des trous, tout ça n’est pas vraiment stable… et à gauche c’est un ravin ! On avance tout doucement, un homme en passant à côté de moi me dit  » attention madame ! « …

Je descends encore un peu, m’arrête et là je perds mon équilibre… et bim je tombe à l’arrêt… les gens derrière moi sortent de leur voiture pour m’aider à relever la moto qui est bien trop lourde avec tout le chargement !

J’arrive en bas et voila ce qui m’attends…

Des voitures restent coincées, il faut aller les pousser, je me demande comment les motos vont passer… !

J’attends sagement mon tour et demande aux gens à côté ; -qui voient en fonction des voitures- ; où est l’endroit le moins profond pour traverser et je m’élance !

Quand faut y aller, faut y aller !!!

Arrêtée en plein milieu sur une pierre qui bloque ma roue avant ! Et hop les deux pieds dans l’eau !!! Les bottes se remplissent… Bryan qui était passé bien avant, vient me pousser, j’accélère et c’est bon ! C’est passé ! 🙂

Je me gare, je le vois étendre ses chaussettes sur son chargement pour qu’elles sèchent… il me fait rire. Nous parlons 5 minutes et c’est reparti… La même piste que tout à l’heure mais cette fois ça monte ! Et son état est encore pire !

Je double les voitures que je peux doubler puis commence à monter, j’essaie de rester sur ma droite car à gauche c’est encore le vide.

La circulation est dans les deux sens mais la piste est étroite. J’avance tout doucement puis laisse passer les véhicules d’en face.  Je freine mais la moto à tendance à reculer. La voie se libère c’est reparti je continue la montée.

Ce passage était difficile mais je l’ai fait.

Je continue jusqu’à Nakee La situé à 4730 mètres.

Après l’effort le réconfort…, une petite pause Noodles et Chai s’impose, ça fait du bien !

Puis je continue jusqu’au 3éme col de montagne : Lachung La qui est à 4927 mètres.

.3ème col de montagne.

Les paysages sont toujours aussi beaux ! Je n’ai jamais vu de telles montagnes !!! Les couleurs, l’immensité des paysages…

La route n’était pas toujours facile ; beaucoup de pistes, le zing-zing bar avec ses innombrables virages… mais une très belle route.

J’arrive à 16h à Pang, je réserve un lit dans une petite maison tenue par un couple. Ils sont saisonniers et originaires de Leh et viennent travailler ici pendant l’été car cette route est empruntée par de nombreux touristes à cette période. L’hiver la route est fermée car recouverte par la neige et donc impraticable.

Je parle avec des motards qui me disent qu’ils préfèrent reprendre la route et dormir à une plus basse altitude. Ici nous sommes à 4600 mètres. Certains ont le mal des montagnes ( maux de têtes, vomissements ). Mais la nuit va tomber et je ne sais pas à combien de kilomètre je vais pouvoir trouver un autre endroit où dormir. Je reste donc à Pang puisque je n’ai aucun symptôme dû à l’altitude.

Je mange un bon repas chaud dans la maison où je dors. C’est un endroit très chaleureux et je m’y sens bien. Je me dirige vers le dortoir, plusieurs matelas son posés au sol avec leur couettes chaudes prêt à recevoir les voyageurs ; je m’en choisis un et me prépare mon lit comme il faut. Je prends plusieurs couvertures car à 4600m il ne fait pas chaud du tout. Je m’installe sur un matelas et m’endors assez rapidement… Jusqu’à ce que des personnes me réveille en entrant dans le dortoir pour prendre un repas. Je me cache donc des pieds à la tête sous mes couettes pour ne pas être dérangée par la lumière et moins par les bruits… ils partent enfin… je peux me rendormir tranquillement.

Malgré tout, je me réveille plusieurs fois dans la nuit car j’ai le nez bouché et très très froid et pour accompagner tout ça, un gros mal de tête. Il est 4h du matin je ne sais pas pourquoi le mal des montagnes se manifeste seulement maintenant car j’allais très bien avant, c’est tout je fais avec, pas le choix, j’essaye de me rendormir, je partirais vers 6h.

Jour7

Pang to  Leh

J’ai passé une très bonne nuit dans cette petite maison et les gens qui la tienne étaient plus qu’accueillant ! 🙂

J’ai toujours ce mal de tête…

Je veux partir vite pour redescendre en altitude, je paie ma note et charge la moto.

Comme par hasard elle ne démarre pas… je kick il ne se passe rien non plus…, plusieurs personnes me demandent ce qu’il ce passe mais je ne sais pas.

Quelqu’un essaie de démarrer en pente mais rien, mon mal de tête est encore là mais j’essaie de faire abstraction…, au bout de trois quart d’heure je le vois revenir vers moi avec la moto demarée ! Il a réussit !!! C’est vraiment gentil à lui d’avoir passé autant de temps à 6h du matin à m’aider !

Je me dépêche de monter sur la moto avant qu’elle ne cale à nouveau et le remercie !

Je peux enfin partir en direction du 4ème col de montagne à 5300mètres d’altitude : Tanglang La.

La route est belle, j’arrive tranquillement au col, il fait très très très froid mais c’est vraiment satisfaisant d’être arrivée à cette altitude et j’apprécie vraiment d’être sur cette route ! Je me réchauffe dans la tente avec un Chai et quelques biscuits puis je continue vers Leh.

Je croise à nouveau quelques personnes que j’avais rencontré auparavant. Nous nous suivons pendant quelques kilomètres.

Je traverse de jolis petits villages, on se croirait au Tibet.

C’est dépaysant et c’est très différent des paysages Indien. J’arrive enfin à Leh après 480kms de route en trois jours, je suis vraiment contente de l’avoir fait !

Une route extraordinaire, malgré quelques passages difficiles, de la boue, des cailloux, de la poussière, des points d’eau à traverser, une route physique sur laquelle il faut toujours être concentré. Mais c’est le but du jeu 🙂

Un décor magnifique, la grandeur et la beautée de ces paysages sont à couper le souffle !

Une route qui vaut vraiment le détour ! Une très belle expérience ! 🙂

Depuis New Delhi j’ai parcouru plus de 1000kms en 5 jours.

Maintenant je vais me trouver une guest house et pouvoir apprécier la belle ville de Leh.

Je m’installe, prends une vraie douche après 3 jours sans…, lave mes affaires et les laisse sécher au soleil, il faut en profiter !

Pour finir la journée je vais me balader dans la ville et monte au Leh Palace. Un joli monastère en haut de la montagne. D’où la vue sur Leh est magnifique.

Jour 8

Leh

Après une bonne nuit de sommeil je sors prendre un petit dèj et vais montrer la moto au garage pour le problème de démarrage. Il m’explique que c’était le carburateur qui était collé à cause de la saleté et de la poussière de la route. Il démonte donc et nettoie tous ça. Je le regarde faire et apprends en même temps. Quand c’est prêt je vais l’essayer et reviens le payer.

Je m’en vais visiter le Shanti Stupa, ( Shanti signifiant paix en hindi ). Il fût construit dans les années 1980, puis le Dalai Lama la inauguré en 1985.

Le but de sa construction était de promouvoir la paix dans le monde et de commémorer 2500 ans de bouddhisme. De son nom tibétains « Chorten » ses premiers monuments funéraires, religieux ; servaient de réceptacle d’offrande, reliquaire.

Jour 9

Leh to Khardung La

C’est le jour J !!!  🙂

Je pars pour Khardung La. Il est 5h il est temps de se lever. Je me prépare et charge la moto du nécessaire. Elle démarre bien, je la sors de la cour et referme derrière moi. Il est 5h50 je fais le plein d’essence avant de partir et je monte pour sortir de Leh.

Je vais passer de 3500 mètres à 5600 mètres en 40 km seulement.

Logiquement il faut louer une moto à Leh pour se rendre à Khardung La, ou être propriétaire de sa moto. Les motos louées dans d’autres régions ne sont pas autorisées à monter la bas. Il y a des checkpoints sur la route pour vérifier tout ça. Comme je monte avec la moto louée à Delhi j’ai préféré partir de bonne heure pour éviter de croiser la police aux checkpoints. Je passe donc le premier et on me fait signe de passer, très bien…

Je continue à monter, la route est belle, le paysage est superbe avec le lever du soleil sur les montagnes qui donne une lumière magnifique ! Je passe alors le deuxième checkpoint, il n’y a personne ! Tant mieux , je continue sans m’arrêter.

La route goudronnée se transforme en piste. De la piste pendant 10 kms. Je roule en première pendant ces derniers kilomètres… C’est très long mais la route est vraiment mauvaise, je n’ai pas le choix. Je me rends compte que j’ai perdu mon bidon d’essence sur la route tellement celle-ci est cabossée… ça fera un heureux !

Je commence à apercevoir Khardung La….

Ça y est j’y suis, sur la route carrossable la plus haute du monde à 5600 mètres d’altitude !!!  

Je suis très fière d’être là-bas, d’y être arrivée. D’arriver à son but et de se donner les moyens de le faire !!! Quel satisfaction, quel plaisir ! Je profite de ce moment plein d’émotion ! Je repense à pleins de choses et à toutes les étapes par lesquelles j’ai dû passer et à ceux qui m’ont permis d’arriver jusqu’ici !

Il fait très très froid et il tombe quelques flocons. Je prends des photos, reste quelques instants et je descends pour la Vallée Nubra.

Encore 15 kms de piste pour descendre de Khardung La. Je poursuis en direction de Diskit mais entre-temps je m’arrête sur la route pour prendre un petit-déjeuner : Chai et omelette.

Un  groupe d’Israéliens avec qui je sympathise m’invite à boire un « café Israélien » -café avec de la cardamome- au bord de la rivière.

C’est une très belle rencontre avec ce monsieur, il connaît la ville où j’habite, il s’y est déjà rendu car il a de la famille là-bas. Incroyable !!!

J’aime ce genre de rencontre improbable du bout du monde, nous sommes tous deux contents et surpris à la fois de s’être rencontrés. Je le remercie, nous garderons contact, je lui dis au revoir et reprends ma route avec un énorme sourire et une énorme motivation !

J’arrive à Diskit je vais pouvoir faire le plein d’essence. Je cherche la station et y découvre la seule et unique très vieille pompe…

La vallée est super belle !

Je visite le monastère à Diskit. Monastère du 14e siècle. Derrière celui-ci se trouve la statue de Bouddha. Une gigantesque statue de 32 mètres ! Cet endroit offre une vue imprenable sur la vallée.

Je vais jusqu’à Hundar là où il y a les dunes de sable.

J’arrive dans cette petite maison…

…et quelle vue !!! Je profite de ce superbe paysage !

Je passe la nuit à Khardung (petit village de la Vallée) dans cette même maison qui est tenue par un couple très accueillant, attentionné, souriant, curieux. J’y rencontre deux jeunes sympas qui dorment là aussi car ils sont en panne avec leurs moto.

Nous passons la soirée tous les 5 dans cette jolie cuisine où nous sommes assis sur des coussins, à parler, à se découvrir à déguster du thé noir salé ( ils mettent du sel à la place du sucre, et mangent quelques pincées de farine pour accompagner le thé).

Moment très agréable avec eux.

Nous sommes tous fatigués et allons nous coucher.

Le lendemain matin je me lève à 6h, je bois un thé dans la cuisine avec les propriétaires, les jeunes sont aussi levés. Je prépare mes affaires et fais le tour de ma chambre avant de partir.

La dame est très attentionnée avec moi et j’ai le droit à quelques recommandations, elle me demande si tout est prêt, si il ne reste rien dans la chambre, elle m’attache mes cheveux car elle dit que ça va me gêner pour conduire et elle me dit de faire attention.

C’est parti pour 5h de route direction Leh.

Je rentre à ma guest house, prends une bonne douche et je passe mon après-midi en ville au Main bazar à faire un peu de shopping et quelques cadeaux pour la famille et les amis.

Le soir je dîne à la guest house et je ne me couche pas tard car demain j’ai de la route et apparemment elle n’est pas très bonne.

Jour 11-12

 Pangong Lake

Le réveil sonne encore une fois de bonne heure. Je charge mes affaires sur la moto et en route pour le lac.

Pour commencer je sors de Leh, la route est belle, je me dirige ensuite vers Karu et là, la piste commence. Je passe par le col de Chang La qui est à 5360m d’altitude, puis Tangtse et Lukung qui m’offrent des routes et des paysages magnifique.

La route est à nouveau belle et j’arrive enfin au lac après avoir passé les points d’eau, la boue… En ayant fait quelques pauses j’ai roulé quasiment 7h pour faire 130 kms.

Une magnifique étendue d’eau bleu turquoise sur 134 kms de long et 5 kms de large ; qui se partage avec la Chine (40% en Inde et 60% en Chine)

Je m’arrête à Spangmik et loue une tente pour la nuit. Dîner et petit déjeuner compris, je vais me régaler et pouvoir passer une bonne nuit.

Je rencontre une fille qui vient de Suisse. Elle est venue en bus jusqu’ici et voyage solo aussi mais ne veut pas trop être toute seule. Nous restons ensemble et sympathisons.

C’est vraiment agréable de pouvoir profiter d’une aussi belle vue !

Je passe un super après midi dans cet endroit apaisant, calme, à marcher au bord de l’eau et à admirer le paysage. Ce lac a quelque chose de vraiment relaxant.

La tente est top. J’adore ces campements, l’ambiance y est bonne, c’est la route, l’aventure et on y rencontre du monde !

 

Quelques courageux osent ce sont baignés, moi je ne trempe que mes pieds.

Le diner est servi je me rends dans la tente principale. Chapati, riz, légumes, pomme de terre, tout ça bien épicé, trop bon ! En dessert un Halwa et pour finir un petit Rhum « Old Monk » qui réchauffe 🙂

Je rencontre une famille Indienne avec qui je parle un bon moment puis je vais me coucher.

Je me lève à 5H30 pour pouvoir regarder le levé du soleil mais le ciel est couvert je ne verrais rien.

En attendant mon petit déjeuner, et pour me réveiller aussi, je vais marcher au bord de l’eau, histoire de profiter encore un peu de ce bel endroit et d’apprécier ce paysage, ces montagnes recouverte par la neige qui est tombée cette nuit.

Je dis au revoir à tout le monde et vais charger la moto, je fais le plein d’essence avec mon jerrycan et c’est parti.

J’entends un bruit métallique en roulant, je me retourne et m’arrête. Je me rends compte que ma boîte à outil est percée certainement à cause des bosses sur la route qui ont fini par trouer la boîte à cause des secousses. Quelques un de mes outils sont par terre, je les ramasse, m’arrange pour bloquer le trou comme je peux (avec mon bonnet …) pour éviter que je ne perdre à nouveau quelque chose sur la route. Je croise un groupe de motard, ils me font signe pour savoir si tout est OK.  Je leur réponds que oui.

Je remonte sur la moto et continue ma route ; j’arrive à ce passage  où il y avait énormément de boue. Une voiture est embourbée, plusieurs personnes aident à la sortir. Il reste encore à traverser la route recouverte par l’eau et c’est bon. Après m’être fais bien éclaboussée je retrouve une route à peu près normale. Je vois à nouveau le petit groupe de motard, tous en Enfield : une Classique, un Thunderbird et un Cafe Racer. Nous nous croisons, re-croisons, pour finalement nous retrouver au col Chang La.

J’arrive après eux et je me gare pour faire une pause et boire un thé.

Ils me proposent de continuer la route jusqu’à Leh avec eux. J’accepte avec plaisir. ✌

Nous nous arrêtons manger au monastère de Shey ; ils disent qu’il y a un très bon restaurant. Nous passons un agréable moment tous ensemble. De très belles rencontres !!!

Puis nous redescendons à Leh et nous nous séparons pour nos Guest houses respectives.

Nous nous retrouvons plus tard dans la soirée pour aller boire un verre tous ensembles.

Une très bonne journée sur cette route en leur compagnie !!!!

Jour 13

Leh

Je me réveille à 5h30 je n’ai pourtant rien de prévu aujourd’hui. J’essaie de me rendormir mais pas moyen, j’ai gardé le rythme de ces derniers jours.

J’attends quand même l’ouverture des restaurants et monte jusqu’au Main bazar prendre un petit déjeuner. Je revois l’équipe d’hier pour leur dire au revoir et leur souhaiter bonne route.

Je profite de cette journée pour faire réparer la boîte à outils percer, chez le « spécialiste Royal Enfield » et faire réviser la moto avant de reprendre la route demain.

Je me prévois ensuite une petite visite de Palam à moto. Petit village autour de Leh…

…qui me permet de voir la ville sous un autre angle.

Je continue jusqu’à Spituk. Jolis villages, c’est très agréable de s’y balader et de les découvrir.

Puis je passe par les petites ruelles du marché et finie par rejoindre Leh.

Je profite de mon dernier jour à Leh ; je me promène dans la ville, vais à la bibliothèque m’acheter deux livres : Le tigre blanc et Le troisième œil. Je me rends au cyber cafer pour essayer de donner des nouvelles car pendant les 3 jours qui vont suivrent personne ne pourra me contacter. Mais le courant ne fait que de couper ce n’est pas possible de faire quoi que se soit…

J’abandonne internet et redescends à ma guest house. Je dois préparer mes affaires pour demain et payer ma note. Je papote avec la famille de la guest puis je vais bouquiner dans ma chambre et finie par m’endormir.

Jour 14

Route du retour

J’entends le réveil sonner… mais j’ai du mal à me lever pourtant il va bien falloir.  Je re-verifie mes affaires ; tout est rangé dans les caisses, mes sacs sont prêts, bidons d’essence… je sors tout ça et charge la moto. Je me prépare ensuite et c’est parti ! 

La moto démarre au quart, je sors de la cours, un petit cou d’œil sur cette belle guest house en refermant la grille derrière moi… une famille très sympathique !!!

Au revoir Leh, j’ai passé une très bonne semaine chez toi ! De belles découvertes et de belles rencontres !

Il est temps de redescendre… je roule pour Sarchu.

Je cherche un campement pour la nuit. Il n’y a personne je suis la seule, je me gare et pose mes affaires dans la tente. Je me mets à l’abri du vent ; -qui souffle vraiment fort- ; dans la tente principale et savoure un Chai, en lisant Le tigre blanc en attendant le dîner.

Je vois arriver un des garçons avec une soupe, puis avec un plateau remplis de riz, de Dhal (lentilles), légumes, Chapatis… j’avais vraiment faim ! Parfait !

J’apprécie ces repas, surtout après une journée sur la route ; c’est très agréable de savourer un bon repas et la nourriture Indienne est vraiment délicieuse, colorée et épicée !

Je retourne à ma tente, dont les toiles bougent dans tous les sens à cause du vent…

Un peu de lecture et je m’endors.

Jour 15

Sarchu to Keylong

Je me lève, personne dehors… je crois qu’une seule autre tente est occupée… c’est désert !

Je prends mon petit déjeuner dans la tente principale sous le regard du serveur qui ma observé du début à la fin du petit dèj, c’est un peu gênant mais bon je crois qu’il voulait s’assurer que le petit déjeuner me plaisait ou alors il se demandait ce que je pouvais bien faire là toute seule ! 🙂

Je charge la moto, paie ma note et reprends la route.

C’est la route du retour et je suis un peu nostalgique ; je pense à pleins de choses, à ce merveilleux voyage, les rencontres…

J’arrive à Keylong, je trouve un petit campement où les gens sont agréables. Nous discutons, échangeons quelques mots en Hindi. Ils ne parlaient pas anglais, pas évident de ce comprendre mais on y arrive quand même.

Jour 16

Keylong to Manali

J’ouvre la tente, en face, tout un groupe d’Indiens, surpris de voir une fille seule ici commencent à me parler… en Hindi. Je ne peux comprendre que quelques mots seulement. Puis un autre homme arrive et viens nous faire la traduction… ils voulaient savoir d’où je venais, quel étais mon voyage, des questions sur la moto… Questions qui m’ont été posées pleins de fois durant le voyage et auxquelles j’ai toujours répondu avec plaisir !

C’est partie avec de la belle route.

Mais au bout de quelques kilomètres seulement elle ce dégrade ! Il y a un bouchon, un défilé de camion TATA, de bus, de camion citerne… La circulation reste bloquée pendant un bon moment et pour cause ; cette boue !

Une file de véhicules après l’autre, on attends notre tours, les motos essaient de se faufiler sur les cotés. J’avance puis m’arrête pour laisser passer un bus et un camion TATA ; mais plus je voyais le bus avancer plus je me disais que ça ne passerait pas ! Obligé de me pencher avec la moto… de plus en plus… jusqu’à temps qu’il passe complétement, sinon il me touchait, c’est passé au millimètre.

Je continue mon avancée dans cette gadoue en essayant de contrôler au mieux la moto, ça glisse, l’arrière chasse pas mal de fois, je reste embourbée…

Une moto est à l’arrêt en bas du chemin ; un couple est en panne. La chaîne de la moto à cassé.  J’aide à la pousser avec un autre motard jusqu’en haut du chemin, Pas évident avec les pieds qui s’enfonçent dans la boue…

Ils la chargerons ensuite dans un camion direction Manali.

Une fois toute cette route passée je suis contente de retrouver le goudron mais ça ne dure pas longtemps…, de nouveau de la boue sur des kilomètres !

Nous finissons la route jusqu’à Manali avec le motard que j’avais rencontré juste avant.

Nous faisons un arrêt à la station essence mais sa moto ne démarre plus ; certainement la batterie. Il la pousse sur quelques mètres et s’arrête chez un garagiste, il bricole, vérifie quelques trucs et c’est repartie elle démarre.

Ça y est nous sommes à Manali. Une pause Chai n’est pas de refus !

Je sens mes bras courbaturés après tous ces kilomètres dans la boue.

Voilà, 3 jours de route, je peux me poser et… prendre un douche… et l’apprécier.

Jour 17

Manali to Chandigarh

Manali to Chandigarh ; 9 heure et demis de route avec une bonne partie en travaux. Je crois que c’était ce jour là, sur cette route que la circulation m’a fait le plus peur.

Je connais la conduite Indienne leur façon de procéder, la circulation, le klaxon…, mais ce jour-là  sur cette route de montagne, c’est tout et n’importe quoi surgissait sur la route ; un bus qui double un camion TATA en plein virage au même moment où j’arrivais. Je me demande d’ailleurs comment c’est passé !!! Et me pose maintenant la question de ce qui allait surgir aux virages suivant… ! Je roule depuis 7h00 je suis arrivée à 18h en comptant à peu près 1h30 de pause. La route m’a paru longue.

J’étais vraiment contente d’arriver à Ambala, ville située après Chandigarh. Je me suis pris un hôtel, j’étais une fois de plus noire de poussière, de pollution, mes yeux me piquaient… je décharge la moto avec les gens de l’hôtel qui m’aident à monter mes bagages. Une bonne douche, un bon repas de Dhal Makani, riz, Chapatis, Gulab Jamun en dessert et un Chai pour finir. Je suis remontée dans ma chambre pour m’écrouler dans mon lit.

Demain c’est le dernier jours de route du  road trip.

Jour 18

Chandigarh to New Delhi

Je me lève et prends un bon petit déj pour entamer cette dernière journée de route. Je paie ma note et dis au revoir au staff de l’hôtel et prend un selfi avec le boss 🙂

Je pars vers 9h00, ce n’est que de l’autoroute aujourd’hui.

Je vois un petit stand sur le bord de la route ; des noix de coco fraiches, c’ est trop tentant ! Je fais donc un arrêt pour me rafraichir avec l’eau de coco et me laisse aussi tenter par un Maka ; maïs griller avec du citron du beurre et du sel, préparé par ce monsieur avec qui je parle le temps de manger.

Les gens des autres stands viennent se joindre à nous, l’un d’eux cuisine des Noddles bien épicées et m’en offre une petite portion 🙂

Il ne reste plus qu’une cinquantaine de kilomètres jusqu’à New Delhi.

Ensuite il va falloir que je trouve mon chemin pour rejoindre la guest house d’où j’étais partie au début du road-trip.  J’arrive à reconnaître quelques panneaux pour pouvoir prendre la bonne direction.

Ça y est le road-trip est terminé je suis arrivée à ma chambre, je décharge la moto et je descends voir mes amis au café pour leur annoncer mon retour et leur raconter un peu le voyage.

J’appelle mon ami, Priyam que j’ai rencontré l’année dernière sur la route en Uttarakhand. Il vient me rejoindre au café avec un de ses amis puis nous remontons sur les motos et allons dans Delhi Sud pour dîner avec des amis à lui ; aussi passionnés de moto et de Royal Enfield ;  qui ont aussi fait le Ladakh cet été.

Une très belle soirée et un ride de nuit vraiment sympa.

Jour 19

New Delhi

 Je me lève de bonne heure après cette nuit de repos.

Mon ami nous a prévu un petit ride dans New Delhi aujourd’hui. Je suis contente d’aller rouler avec eux.

Nous roulons une soixantaine de kilomètres dans New Delhi en slalomant entre les camions, les bus et les voitures…

Nous passons une journée dans un Resort, restaurant avec buffet, piscine, billard…

Sur le retour nous nous arrêtons dans un restaurant en bord de route, manger des Parathas et boire des lassis.

On me racompagne jusqu’à ma guest house puis je me repose un moment et je vais faire un tour à Connaught Place ; grande place dans New Delhi que j’adore.

J’y retrouve mes amis de Bangalore rencontrés au Ladahk. Nous buvons un verre et mangeons ensemble.

Ils ne restent que quelques jours à New Delhi avant de retourner à Bangalore, je voulais donc les revoir pour leur dire au revoir avant leur départ.

Jour 20

New Delhi

Je me lève et je vais déjeuner au café de mes amis. J’ai prévu de retrouver les garçons à la Connaught Place. C’est leur avant dernière journée à Delhi.

Il pleut beaucoup aujourd’hui du coup nous allons au cinéma pour aller voir le nouveau Bollywood qui vient de sortir : Flying Jat. Nous avons bien rigolé et passé un bon moment tous les quatre.

Nous allons ensuite dans un café restaurant pour boire un verre et manger un bout, histoire de finir la journée ensemble.

Ils me propose d’aller voir le Taj Mahal avec eux demain. J’hésite car je l’ai déjà vu mais je sais que ça peut être sympa d’y aller tous ensemble.

Nous avons passé un bon moment au resto ! La soirée terminée, nous prenons un rickshaw pour rentrer.

Jour 21

Delhi to Agra : le Taj Mahal

J’entends mon réveil sonné à 7 heures. Je me prépare et descends car les garçons passent me chercher en bas de ma guest house. Je suis en avance, j’en profite pour boire un thé dans la rue en les attendants. Ils ne devraient pas tarder.

Les voilà ! Je monte dans le taxi et c’est partie pour 4 heures de routes pour Agra.

Nous mettons pas mal de temps à sortir de Delhi à cause des bouchons mais le trajet est vraiment agréable nous rigolons, parlons, Pratik met de la musique Bollywood et nous chantons. Nous faisons une pause sur l’autoroute pour manger et boire un café, puis nous reprenons la route en direction du temple de Sri Ranganatha à Vrindavan. Nous visitons ce magnifique temple, faisons la Puja, prions et repartons pour le Taj Mahal. Nous somme à 10 kilomètres, et je suis impatiente d’arrivée !

Je l’ai pourtant déjà vue une fois mais je suis vraiment contente de le redécouvrir. C’est en quelque sorte la petite surprise du voyage. Je ne m’attendais pas du tout, après le Ladakh à aller à Agra pour revoir le Taj Mahal. C’est ça le voyage ; les rencontre les découverte inattendues, les surprises !

Nous sortons du taxi et attendons notre guide que les garçons avait demandé. Nous allons en rickshaw jusqu’au guichet qui est à 1 km d’ici, prenons nos billet et faisons la queue pour rentrer.

Nous découvrons les jardins en premier puis avançons jusqu’à la grande porte à travers laquelle nous apercevons au loin, le Taj Mahal. Nous traversons cette arche et là nous le découvrons !

LE Taj Mahal ! D’une beautée incroyable, son marbre blanc, son histoire, sa construction, tout est magnifique !

Je le vois pour la deuxième fois et pourtant je reste encore bouche bée, ( comme des années plus tôt quand je le découvrais pour la première fois ), devant ce superbe édifice !

L’effet est le même… WOW !!!

Le guide nous explique qu’il est construit près de la rivière Yamuna ; qu’il a fallut 22 ans pour le terminer.

Le marbre blanc, venu d’autres régions de l’Inde était transporté à dos d’animaux. Un ciment naturel à base de plantes et autres composants mais tous naturels ; à été utilisé pour créer cette colle résistante, qui à permis de bâtir ce magnifique Mausolée.

Il a été construit par l’empereur Moghol musulman Shâh Jahân pour son épouse Mumtaz Mahal, qui meurt en donnant naissance à leur 14 ème enfant. L’empereur qui meurt 35 ans plus tard fût aussi inhumé dans la Taj Mahal à coté de son épouse. Une réplique du Taj Mahal mais cette fois noire, devait être construite sur l’autre rive de la Yamuna.

Nous avançons, nous nous mettons à pieds nus pour rentrer à l’intérieur du mausolée. Nous pouvons sentir sous nos pieds le marbre brûlant par le soleil. Nous entrons après avoir monté les marches et nous découvrons les deux tombes de marbre blanc.

Nous ressortons et allons visité l’atelier où ils nous expliquent comment ont été fabriqués les détails ; fleurs, textes sacrés, avec différentes pierres précieuses incrusté dans le marbre.

La journée passe, il est temps de rentrer sur Delhi. Nous faisons quelques poses café sur la route et nous arrivons à 22 heures. Ils me dépose à ma guest house, je prends mes affaires et serres mes amis dans mes bras un par un pour leur dire au revoir et les remercier d’avoir partagé ces moments avec moi, entre rigolade, plaisanterie et belles visites.

Demain ils prennent l’avion de bonne heure pour Bangalore.

Je monte à la guest house et raconte ma journée à Manoj, le propriétaire, puis monte à ma chambre et m’endors.

Il me reste une semaine à Delhi avant de reprendre l’avion pour la France. Je profite donc de cette semaine en faisant un peu de shopping pour la famille et les amis en France ; en partageant des moments avec mes amis, des rides dans la ville, des soirées, en faisant encore de nouvelles et bonnes rencontres….

Un road trip solo d’environ 2700 kilomètres au guidon la mythique Royal Enfield, un vrai plaisir, que du bonheur !

Des paysages à couper le souffle ! En passant de la ville à de tout petits villages, des route de montagnes verdoyantes aux paysages désertique du Ladakh.

Cette route mythique elle aussi : Manali-Leh : 480 kilomètres en trois jours, éprouvante, physique, où il faut se surpasser, mais une route qui vaut vraiment le détour avec à son arrivée la belle ville de Leh et au-delà ; la route carrossable la plus haute du monde !

Bien plus qu’un simple voyage c’est une vrai aventure, une très belle expérience!

Un énorme merci à tous mes amis en Inde, avec qui j’ai passer de superbes moments, et à toutes les nouvelles rencontre faites lors de ce magnifique voyage, qui sont des personnes généreuse, respectueuse et autant passionnée que moi, qui ont l’amour de la route, du voyage, de la moto et de l’aventure. De belles rencontres qui rendent ces road trips encore plus inoubliables ! –

Ride on !

 

  • Photos : Félicité
  • Texte : Félicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *